Mon chemin a été celui du doute. Un doute permanent. Des remises en question, encore et encore, sur moi-même et sur le monde, sur le sens et les raisons de la souffrance et de l’existence.
Un chemin de paradoxes aussi, avec l’impression d’être sans cesse tiraillé entre deux mondes qui n’ont rien à voir, deux perceptions contraires, deux opposés à unifier.

A en croire Dan Millman dans son livre « Votre chemin de vie », cela fait partie de mon chemin :
« Les personnes sur ces chemins y sont pour régler des questions impliquant la foi, la patience et l’expressivité […] Ils sont ici pour mettre en harmonie des choses en apparence contraires : le mystique et le sens pratique, l’expérience extérieure et l’expérience intérieure, le corps et l’esprit, les affaires de ce monde et la quête spirituelle. »

Cette remise en question permanente a l’avantage de m’avoir poussé toujours plus loin dans ma quête de réponses sur le sens de l’existence, la mienne d’une part, et celle de l’être humain en général. J’y ai fait des découvertes, des rencontres et des expériences sans cesse plus riches. D’un autre côté, cela a nourri en moi un sentiment chronique d’insatisfaction et d’instabilité intérieure dont j’ai beaucoup souffert.

« Tu te poses trop de questions » me disait-on. Dans un sens c’est vrai. Raisonner et réfléchir c’est bien, et c’est même nécessaire – contrairement à ce que certains laissent entendre – quand il s’agit d’aborder les grandes questions qui nous taraudent. Mais si cela se transforme en rumination, ça devient très handicapant. Il m’a fallu du temps pour apprendre à faire la part des choses, écouter mon intuition et lui faire confiance.

Tout ce que j’aspire à transmettre aujourd’hui n’a au fond qu’un seul but : retrouver la simplicité de l’esprit et agir dans ce sens, une simplicité joyeuse qui n’est autre que l’expression naturelle de ce que nous sommes quand nous cessons de vivre « dans la tête » et que nous reconnectons avec l’intuition du cœur. C’est ainsi que l’on entre dans ce que j’appelle le Mouvement Naturel de la Vie qui, tel un souffle à la fois subtil et puissant, nous soutient et nous porte en permanence vers ce qu’il y a de meilleur pour notre évolution et notre épanouissement.

Aujourd’hui, le Mouvement de la Vie me pousse à concrétiser de nouveaux projets, à transmettre et partager ce qui me semble être désormais l’essentiel : Dieu, la Vie, la joie de se sentir relié, de comprendre et de servir… Je ne sais pas encore où tout cela mènera, je suis le Mouvement !

Guillaume Rosselin

Quelques balises

En 2009, j’ai entre les mains le livre « Plaidoyer pour le bonheur » de Matthieu Ricard. C’est mon premier choc de conscience, une profonde ouverture, une révélation. Dès lors, la méditation s’est invitée comme une évidence dans ma vie. En silence, immobile, je touche des espaces de conscience qui bouleverseront à jamais l’expérience et la vision de qui je suis, au-delà de ma personnalité superficielle et des pensées, de l’inconscience à la conscience.

En parallèle, une psycho-thérapie, le Kundalini Yoga, la pratique du Tantra Blanc et de la respiration holotropique m’ouvrent à une puissante libération émotionnelle et une véritable renaissance à moi-même. Un intense travail sur moi m’aide à comprendre et dépasser mes névroses, ma timidité, mes peurs, et ce manque cruel de confiance en moi qui m’handicapait dans mes relations aux autres et à moi-même.

En 2012, j’entame 3 années d’enseignements et de recherche auprès de Dominique Lussan au sein de l’université libre Conscience et Action. J’apprends à explorer en conscience des états d’expansion de conscience, à développer mon ressenti et perceptions sensorielles, énergétiques et cognitives, notamment dans la reliance aux règnes et éléments de la nature, à découvrir et approfondir ma voie, mon « identité d’être », et à intégrer dans ma vie quotidienne des états d’être positifs.

« L’expérimentation consciente des états modifiés de conscience et leur intégration dans la vie quotidienne favorisent l’émergence d’une autre vision du monde, créatrice de valeur globale qui régénère l’écosystème individuel et collectif de la planète »  Dominique Lussan

2015 : je me forme au coaching et à la facilitation du Travail de Byron Katie en Suisse, auprès de Nathalie Membrez et Colette Grünenbaum (facilitatrice certifiée).

Le Travail de Byron Katie est une démarche méditative simple et radicale de questionnement des pensées à l’origine de la souffrance. J’ai trouvé dans cette approche un outil puissant pour y voir clair sur ce qui se joue véritablement en moi lorsque je suis confronté à une situation douloureuse ou bloqué dans ce qui semble être une impasse. Le Travail permet de sortir de la confusion mentale qui nous maintient dans le stress et la peur, et de renouer avec la paix et la joie profonde de l’esprit, à cet espace qui demeure au-delà des interprétations et des histoires qu’on se raconte sur les choses, sur les gens, sur soi-même, et sur la vie en général.

« Tant que vous ne vous pouvez pas vous réjouir de tous les aspects de votre vie et les accueillir sans peur, votre Travail n’est pas terminé. » Byron Katie

2017 : une rencontre singulière puis la lecture du Message du Graal d’Abdrushin « Dans la Lumière de la Vérité » vient ébranler mes certitudes. Pour la première fois, je reconnais les véritables limites de la conscience humaine. Après une longue et vaine lutte intérieure pour défendre « ma » vérité, celle qui m’est confortable, mon ego s’incline humblement devant la Parole Vivante que j’ai sous les yeux. La rigueur, la précision et la puissance des écrits d’Abdrushin m’offrent plus que je ne l’aurais imaginé sur la compréhension de l’Univers, du sens de l’existence, et des Lois Supérieures qui régissent la Création.

Retour haut de page